Archivo | À bâtons rompus RSS feed for this section

Trump & Clinton : Le Superman et la Joconde

8 Nov

À bâtons rompus:

donald-trump

«Je joue avec les fantasmes des gens. J’appelle ça l’hyperbole véridique. C’est une forme innocente d’exagération – et une technique de promotion très efficace.» Donald Trump 

On dit que le grand-père paternel de Donald Trump fit fortune dans les lupanars des villes champignons pendant la ruée vers l’or du Klondyke. Ce clown de Donald Duck Trump, grossier, est « malheureusement » un homme intelligent. Les républicains se félicitaient  sans doute de sa réussite jusqu’à ce qu’il dise tout haut ce que les républicains pensaient tout bas. Ce saltimbanque, amuseur de foules s’est lancé dans la grande foire de la course avec une philosophie (sic) toute simple de bonimenteur: « Si je suis riche, tout le monde peut-l’être ». Oui, il joue du fantasme comme Liberace jouait du piano. Il sait faire des arpèges éblouissantes de cet univers étasunien dont il connaît les faiblesses et les forces.

On se demande alors de quoi se plaignent les républicains représentants de cette race droitiste mercantile,de  parvenus et d’ hypocrites?

Au fond, Donald Trump, c’est l’Amérique! Riche, idiot, mais manipulateur intelligent, cultivé comme un navet, nombriliste. Un psychiatre dirait de lui que son « franc parler » n’est qu’un  moyen de manœuvrer.

Ce pays au crucifix d’une main et une arme de l’autre est incarné dans la « subtilité » du langage de Trump. L’âme américaine souffre d’une schizophrénie et d’un consternant narcissisme : On se regarde mais aveugles des autres.

Le rêve américain c’est d’être le cauchemar des autres nations.  Le rêve américain c’est d’être l’illusion de sa propre nation trompée, violée de par ces béotiens satinés de la cravate et du complet.

À l’image des super héros, Mr Trump est le résumé de la légèreté des U.S.A qui ,depuis quelques décennies,  trouve son cinéma dans les bandes dessinées de super héros volants, hyper puissants.  Étourdis dans leurs réussites techniques, le cinéma n’a plus rien d’humain: Il encense les effets spéciaux et les films ne tournent plus que dans un flux hollywoodien asséché d’une … Amérique dans l’espace, une riche.

Au fond, MR Trump, bien occupé à se tailler une place, représente le le « bon-vilain », rebelle de campagne et du désordre intérieur d’un pays à bout de souffle.

Il était le candidat  idéal pour le parti Républicain, mais il perdra à la présidence à quelques centimètres près…La longueur de son pénis. Le mot pénis ne fait pas partie du vocabulaire des étasuniens, encore moins des républicains.

Et Hillary?

6a1d831853b245cf89d3a7466d2b2618

Les étasuniens ont eu des blancs, un noir, il ne reste plus pour l’apparat du changement qu’une femme:  Hillary Clinton… Le « jeune » G W.Bush vantait les mérites du sourire franc de Poutine. À  regarder Madame Clinton discourir avec son sourire factice, quand elle referme les lèvres, on dirait la Joconde qui se moque de nous. Si elle se moque de nous, elle se moque de son peuple…

Mais en quoi les peuples peuvent, pour l’heure, intéresser les politiciens? Un règne de 8 ans de l’un ou de l’autre des candidats ne mènera qu’à une continuité de « l’esprit américain ». Jusqu’en 2025… Le quart de siècle le plus dévastateur de l’histoire de l’humanité. Un pays qui cherche à prolonger sa mainmise sur le globe. Hitler avait rêvé d’un règne de mille ans.  Combien de peuples dans ce monde souhaitent l’hégémonie lancinante de ces cow-boys  et la fin de leur règne de terreur hypocrite?

Gaëtan Pelletier

Anuncios

À bâtons rompus_Bougies contre Kalachnikovs ?…

25 Nov

Rassemblement et recueillement a Lyon apres les attentats de Paris.

… Ou saut qualitatif dans la conscience politique et historique ?

Dans un élan louable de caricature d’eux-mêmes, les bobos de Paris et d’ailleurs ont sorti les bougies et entonné les chansons (de joie, même) pour lutter contre la barbarie. Ils précipitent ainsi un peu plus leur extinction idéologique, même si le ridicule ne tue pas (BHL en sait quelque chose).

C’est une bonne nouvelle, car face à un ennemi sans éthique (que l’on parle ici des exécutants, accessoires et jetables, ou de leurs commanditaires, bien plus dangereux), il est peu probable que les bons sentiments soient l’arme la plus efficace. L’éducation, par contre – la vraie, pas celle prônée par notre ministre de l’ignorance – a toujours été l’arme ultime pour dépasser la haine et apaiser les conflits qui, disait Whitehead, sont « le signe qu’il existe des vérités plus amples et des perspectives plus belles ».

Le terrorisme étant nourri par l’ignorance historique et politique, attaquons-nous plutôt à cette ignorance pour le combattre, avec Francis Cousin, sur les épaules de Marx, Voir la vidéo ici:

http://rutube.ru/video/b6c3bc4ebae9dd366066401ad5cc1efd/

Puis, ayant compris que le terrorisme « islamiste » n’est qu’une des variantes des manipulations du Capital pour divertir de la véritable lutte finale les aliénés du travail salarié et de la consommation, examinons avec Jean-Michel Vernochet comment l’Empire anglo-américain manipula de façon coupable et très intéressée la secte wahabbite apparue au milieu du dix-huitième siècle, afin de servir ses intérêts géopolitiques, et notamment ceux liés au pétrole :

les-egares-203x300

Et enfin, essayons d’avoir une vision beaucoup plus large de l’histoire humaine, s’inscrivant elle-même dans une évolution cosmique et biologique, en percevant les soubresauts actuels comme les crises nécessaires d’une expulsion de plus en plus rapide de l’entropie, et comme un saut qualitatif de l’évolution au niveau culturel, avec François Roddier.

COUV-THERMODYNAMIQUE-2

Ah, il y a des livres à lire, et vous n’avez pas le temps ? Mais vous croyez quoi, qu’on peut acquérir la sagesse et le savoir par perfusion ou par une app sur iPhone, quand tous les grands intellectuels n’ont pas eu assez d’une vie pour accomplir leur œuvre ?

Il faudrait peut-être retomber sur Terre, et (re)commencer à penser par vous-mêmes. La révolution ne sera pas télévisée.

Merci à: aitia