FRANCE: État d’urgence décrété : vers un coup d’État silencieux ?

14 Nov

8518991-13401914

Le bilan des attentats perpétrés cette nuit en différents points de la capitale est l’un des plus lourds de ces cinquante dernières années : 120 personnes tuées et 200 blessées dont 80 dans un état grave. La sidération qui suit ce genre d’événements est peu propice à la réflexion mais plusieurs enseignements peuvent en être tirés.

Cet attentat, comme sans doute les précédents, apparaît lié à l’intervention militaire de la France en différents points, en particulier en Syrie. Selon l’un des témoins présents au Bataclan, les assaillants ont explicitement mis en cause la politique de la France au Moyen-Orient : « Je les ai clairement entendus dire aux otages ‘C’est la faute de Hollande, c’est la faute de votre président, il n’a pas à intervenir en Syrie ». « Ils ont aussi parlé de l’Irak », comme l’a rapporté un animateur radio et TV qui se trouvait dans la salle. Le président Syrien a d’ailleurs tracé un parallèle entre la situation en France et celle en Syrie. Selon lui, notre pays vient tout simplement de vivre ce que « vit la Syrie depuis cinq ans ». Ce que nous anticipions il y a deux an est aujourd’hui vérifié : les djihadistes que l’on a laissé partir en Syrie en espérant s’en débarrasser reviennent aujourd’hui sur notre territoire, armés et entraînés et cet attentat sera probablement suivi par d’autres.

Ensuite, force est de constater que la plupart des lois liberticides promulguées depuis  trois ans se sont révélées inefficaces pour éradiquer la menace terroriste car elles ciblent avant tout la contestation politique. C’est ce que nous prévoyions au moment du vote de la loi antiterroriste de l’automne 2014 et de la loi sur le renseignement de mai dernier. Parfaites pour mettre à mal la démocratie et les libertés publiques mais totalement inopérantes face au risque djihadiste.
Devant un tel fiasco, une question vient inévitablement : à qui profite le crime ? Et la réponse ne fait guère de doute : au système de domination.
Les attentats se suivent et apparaissent comme autant de fenêtres d’opportunité dans lesquelles s’engouffrent le pouvoir exécutif pour mettre à mal les libertés publiques. Celui de Charlie Hebdo avait déjà provoqué un cortège de mesures liberticides sans précédent dans le cadre de loi sur le renseignement. Mais un cran vient d’être franchi avec ceux de la nuit dernière puisque l’état d’urgence vient d’être décrété sur le territoire français. Rappelons que cette mesure d’exception réduisant les libertés fondamentales et renforçant les pouvoirs de police n’a été appliquée qu’à cinq reprises dont quatre dans un contexte de guerre coloniale : trois fois pendant la guerre d’Algérie (avril 1955, mai 1958 et avril 1961) et une fois pendant la guerre en Nouvelle-Calédonie (décembre 1984). Elle a été activée pour la dernière fois par Nicolas Sarkozy le 8 novembre 2005 au cours des violentes émeutes qui avaient agité la France. Son but officiel est de libérer l’armée des contraintes juridiques du temps de paix et de renforcer le pouvoir de l’exécutif et des forces de l’ordre. Celles-ci pourront désormais :

  • interdire la circulation de personnes ou de véhicules et instituer des zones où le séjour des personnes est réglementé,
  • interdire l’accès à un département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics,
  • assigner à résidence toute personne dont l’activité s’avèrerait dangereuse pour la sécurité et l’ordre public,
  • ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacle, débits de boissons ou autres lieux de réunion et interdire les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre,
  • obliger les propriétaires d’armes à les remettre aux autorités,
  • mener des perquisitions à domicile de jour et de nuit,
  • prendre  des mesures pour assurer le contrôle de la presse et des médias.

Contrôle des déplacements et des citoyens, censure et réductions des libertés publiques… Si toutes ces mesures comme les précédentes n’empêcheront probablement pas d’éventuels terroristes de passer à l’acte, elles lamineront en revanche la démocratie en faisant sauter les derniers garde-fous qui la protègent encore de l’arbitraire du pouvoir politique.

Merci à : bourgoinblog

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: